Cloud public : lequel choisir ?

Logo Oceanet Technology
Logo Oceanet Technology
Cloud public : lequel choisir ?
 

Choisir le bon cloud public pour son besoin

L’offre de Cloud public s’étoffe et le leader AWS n’est plus seul sur ce segment de marché.
Il est intéressant de constater que les concurrents d’Amazon AWS offrent des spécificités bien réelles et ne se contentent pas de copier le géant. Azure, Google Cloud Plaform (GPC), ou encore Bluemix et Oracle Cloud ont tous développé des axes spécifiques.

Quel Cloud public pour quel besoin ?

  • Azure : le Cloud public de Microsoft, mise sur sa capacité à délivrer la suite office et de nombreux logiciels en SaaS, mais a également une priorité forte sur l’IA. Azure logiquement est très bien outillé et optimisé pour faire tourner des instances Windows Server et les logiciels attenants, comme IIS ou Microsoft SQL server. Cependant, le géant de Redmond s’est aussi ouvert aux environnements libres et Linux. Il est intéressant de noter par ailleurs qu’Azure connaît la plus grosse croissance parmi les leaders.
  • GCP : Google Cloud Platform dispose d’outils backoffice très pratique pour automatiser son déploiement, en webservice ou en ligne de commande. Ses instances sont en général un peu plus performantes que la moyenne de ses concurrents et les services de bases de données sont impressionnants de variété et de vélocité. Google a aussi été à l’origine des orchestrateurs de container, comme son descendant Docker, inspiré de Kubernetes. Mais si l’on devait retenir deux points exceptionnellement développés chez GCP, ce serait l’IA où Google est maître et le Big data, spécialité de la maison.
  • Bluemix : IBM a longtemps cherché sa voie dans le Cloud, offrant d’un côté des IA comme Watson, des applications de l’autre; du Cloud privé historiquement et des Cloud Hybrid où il était leader. L’acquisition de Softlayer a tracé une direction plus claire et les offres Cloud public se sont regroupés sous la bannière Bluemix. Watson a considérablement progressé ces deux dernières années et le Cloud IBM s’intéresse aussi beaucoup à l’IoT. IBM reste aussi une option sérieuse pour des plateformes hybrid publique/privée.
  • AWS : Amazon à montré la voie, 10 ans avant tout le monde, du Cloud privé. La vision était claire, l’exécution a été impeccable. Le logisticien du e-commerce mondial a appliqué ses recettes industrielles à l’IT mondiale, imposant le Cloud comme un standard. Son offre est pléthorique, ses services robustes et sa distribution mondiale difficilement comparable. Là où il n’est pas leader, Amazon investit, et pour le reste, il maintient sa position de force, notamment en innovant constamment et en développant un réseau d’experts certifiés et de partenaires sans égal à ce jour.

Il serait aussi intéressant de noter Digital Ocean, Oracle Cloud et bien d’autres encore. Oceanet Technology est tout à fait au coeur de cette stratégie de Cloud public et principalement de leur hybridation entres eux ou avec des infrastructures privées, hébergées chez le client ou dans nos datacenters.

Public Clouds