La migration vers le cloud est un sujet qui mobilise la majorité des entreprises françaises actuellement, et fait se soulever de nombreuses questions. La scalabilité, la souplesse et les économies de coûts vantées par les services cloud attirent, mais elles ne compensent pas toujours les inquiétudes et les freins identifiés par les décideurs du marché. C’est notamment pour adresser ces points qu’Azure et Amazon Web Services ont ouvert leurs premières régions en France !

Plateforme cloud en France : meilleure latence pour les citoyens

Ces régions AWS et Microsoft Azure ont bien sûr leurs spécificités, grandement liées à la différence de stratégie entre les deux fournisseurs de cloud. Cependant, ils partagent certains avantages liés à la mise à disposition d’infrastructures françaises à leurs clients.

Elles permettent aux entreprises françaises de conserver leurs données sur le territoire, et de répondre à une inquiétude forte des français : la sécurité et la souveraineté des données. Pour de nombreuses entreprises françaises, c’est en effet la localisation des données, notamment aux Etats-Unis, qui bloquait la décision de migrer vers une architecture cloud. En maintenant leurs données dans l’hexagone, elles sont rassurées et peuvent plus facilement gérer leur mise en conformité avec les normes et règlementations françaises et européennes.

Mais ces régions françaises apportent également une évolution majeure, et facilement mesurable : la réduction du temps de latence ! En effet, même si des régions sont disponibles ailleurs en Europe, la présence des données dans un cloud français permet de mieux limiter le temps de transmission des données.

Il suffit de tester pour le voir :

CONTINENT LIEU D’IMPLANTATION TEMPS DE LATENCE – AWS TEMPS DE LATENCE – AZURE
Asie Singapour 270 ms 198 ms
Asie Pékin 199 ms 305 ms
Amérique USA – Californie 152 ms 171 ms
Amérique USA – Virginie 95 ms 108 ms
Europe Irlande 51 ms 59 ms
Europe Londres 35 ms 53 ms

Tableau des temps de latence à un instant T depuis un navigateur situé à Paris
(Au même instant T, un ping de www.google.fr affiche une latence de 2 ms)
(sources : http://www.cloudping.info/ et http://www.azurespeed.com/Azure/Latency)

En se rapprochant de Paris, donc du lieu d’où le test a été lancé, le temps de latence diminue de plus en plus, avec des rapports du simple au triple, ou même plus dans certains cas ! Un grand pas pour les performances des systèmes installés sur le cloud, et pour l’expérience utilisateur des clients français des entreprises utilisant les régions de l’hexagone.

Sauvegarde sur le cloud : la disponibilité, priorité pour Azure

Crédits : ©2017 Microsoft Corporation

Microsoft Azure a tapé un grand coup, en ouvrant non pas une mais bien deux régions en France : l’une à Paris (région France Central), et l’autre à Marseille (Région France Sud). Cela permet aux clients Azure de pouvoir mettre en place un plan de récupération après sinistre tout en maintenant les données sur le territoire.

C’est sur cette disponibilité et ses solutions de continuité d’activité qu’Azure concentre sa communication : le fournisseur garantit une disponibilité de service de 99,99% sur les machines virtuelles. Il a également précisé que la vaste majorité de son offre cloud seront, à terme, disponibles en France. Microsoft précise également qu’Azure respecte les normes de conformité et de règlementation.

Crédits : ©2017 Microsoft Corporation

Cependant, les clients intéressés par ces nouvelles régions ne peuvent actuellement que déployer des services et tester la charge. En effet, pour l’instant Azure fait seulement tester ses premiers services IaaS cloud, et met à l’épreuve son modèle : même les prix de ces services ne seront officialisés qu’après la phase de « préversion ». Si vous souhaitez rejoindre le programme d’évaluation, postulez en ligne !

Cloud sécurisé : la promesse d’AWS

Selon AWS, l’ouverture d’une région en France fait suite à une forte demande de leurs clients, pour qui les emplacements périphériques français ne suffisaient plus. On l’imagine aisément, surtout avec le sujet du RGPD, qui inquiète les entreprises, et dont la date limite de mise en conformité se rapproche… Car c’est en effet sur la sécurité qu’AWS met l’accent : ce sujet est « Job Zero » pour les équipes du géant.

L’ensemble du cloud est déjà certifié dans le cadre du Privacy Shield entre l’Union Européenne et les Etats-Unis, et a réalisé des investissements très importants pour assurer la sécurité du cloud. AWS met également à disposition de ses clients un « Data Processing Agreement », leur permettant de transférer leurs données vers d’autre pays tout en se conformant aux législations. Ce DPA est déjà conforme aux exigences du RGPD, pour permettre aux entreprises d’être prêts pour le 25 mai.

 

Vous souhaitez profiter des nouvelles régions AWS ou Azure ?
Vous seriez intéressé pour tester ces clouds ?
Nos experts cloud public vous accompagnent !

Lucie Saunois
Lucie Saunois
Passionnée d'informatique, en particulier de sécurité, depuis qu'elle a rejoint l'OT Group en 2015, Lucie se spécialise dans la vulgarisation technique pour permettre à tous d'appréhender ces sujets parfois complexes.