Après notre dernier article sur le Cloud Computing et les différents types de Cloud, il est temps de s’intéresser plus particulièrement à une tendance montante de ces dernières années : l’hybridation. Cette technique permet d’articuler ensemble Clouds privés et Clouds publics, donnant aux entreprises la possibilité de profiter des avantages de ces deux solutions.

L’hybridation, la pièce manquante du puzzle

Avec les évolutions d’Internet, du Web et des consommateurs, les entreprises ont aujourd’hui besoin de souplesse, de réactivité et d’agilité dans la gestion de leur système d’information. C’est le Cloud public qui est connu, aujourd’hui, pour ces attributs. Cependant, la majorité des entreprises ne peuvent se passer de Cloud privé pour stocker leurs données sensibles et surtout garder le contrôle sur ces dernières.

C’est là que l’hybridation prend tout son sens. L’hybridation Cloud, c’est l’interconnexion des différents Clouds dans un seul système d’information. Ces derniers peuvent fonctionner de manière indépendante ou conjointe, mais communiquent toujours par une connexion chiffrée et donc sécurisée. Bien entendu, les technologies utilisées facilitent également la portabilité des données et des applications d’un Cloud à l’autre.

Cloud hybride : avantages et inconvénients

Ainsi, une entreprise peut s’appuyer sur un Cloud privé pour ses données plus critiques, et utiliser des services de Cloud public pour ses opérations moins sensibles. Son système d’information peut donc bénéficier de la flexibilité du Cloud public, et être ainsi plus réactif aux changements d’activité. Les coûts sont ainsi également optimisés, au quotidien comme pour des actions plus ponctuelles. Cela est possible grâce à la taille monumentale des fournisseurs de Clouds publics, ce qui permet notamment de réaliser des économies d’échelles.

Mais les données hébergées dans ces Clouds se trouvent souvent dans un autre pays que celui de l’entreprise cliente. Cela implique un temps de latence plus important pour la récupération des données, et donc, dans le cas d’une application web, un site plus lent. De plus, la question de la confidentialité et de la souveraineté des données doit également être posée quand la localisation du siège social, des données et du prestataire de service sont différentes… Ce sont des contraintes qu’il faut prendre en compte lors du choix de sa solution ! Les Clouds privés, apportant beaucoup plus de contrôle, ne sont donc pas prêts de disparaître…

L’architecte Cloud, le nouveau référent

L’hybridation Cloud est aujourd’hui un « buzzword » très utilisé, mais pas toujours à raison. L’utilisation d’une application SaaS dans son système d’information, par exemple, ne peut être considéré comme de l’hybridation. Pour faire évoluer son système d’information vers un mélange de Clouds privé et public, un réel projet de transformation est nécessaire, tout comme l’accompagnement d’un expert : l’architecte.

L’architecte Cloud connaît l’Internet d’hier, d’aujourd’hui et de demain, et comprend naturellement les enjeux de l’évolution d’un système d’information. Il aide l’entreprise à faire l’état des lieux de son système et de ses ramifications, étape vitale avant d’envisager une refonte, et s’informe de ses besoins et projets. Grâce à cette vision globale, et à son expertise, il maîtrise l’intégralité de la chaîne et est donc en mesure de proposer un plan d’action et une architecture parfaitement adaptée.

La mise en œuvre d’une architecture hybride optimale requiert également des compétences pluridisciplinaires. De nombreux critères ouvrent la voie à une performance accrue, comme une bonne maîtrise des contraintes légales liées aux données, l’utilisation d’infrastructures avec des interconnexions privilégiées (Azure Express Route, Amazon Direct Connect…)… Bien entendu, une équipe d’experts systèmes (openstack, vmWare, hyperV…) est également nécessaire !

L’hybridation, pour qui ?

L’hybridation de Cloud ne concerne pas l’intégralité de la population informatique. Elle s’adresse en premier lieu aux sociétés établies souhaitant optimiser leurs architectures et, bien entendu, est adaptée aux projets sortant de terre, qui peuvent se construire directement autour d’un Cloud hybride. Elle convient également particulièrement aux entreprises à forts processus évènementiels, ou dont le trafic varie beaucoup : c’est l’élasticité des ressources qui fait ici toute la différence.

Si vous souhaitez plus d’information sur l’hybridation Cloud, contactez nos experts ! Ils se feront un plaisir de répondre à vos questions.

Lucie Saunois
Lucie Saunois
Passionnée d'informatique, en particulier de sécurité, depuis qu'elle a rejoint l'OT Group en 2015, Lucie se spécialise dans la vulgarisation technique pour permettre à tous d'appréhender ces sujets parfois complexes.