Ils ont choisi Oceanet Technology pour déployer leur solution SaaS sur le Cloud Azure et témoignent de leur confiance… Entretien avec … Frédéric Martinoty

ITK, une success story dans l’agro tech

Né en 2003, d’une idée d’Eric Jallas, alors directeur de recherche dans un centre de recherche à Montpellier, ITK est une start-up spécialisée dans l’agro tech. Elle travaille sur les outils d’aide à la décision pour le milieu agricole et les objets connectés pour les vaches.

ITK en chiffres clés

96

  collaborateurs        

350 000

vaches connectées 

1 million

d’hectares connecté

10 millions

   de CA annuel          

 30 à 40%

de croissance annuelle

Après une belle évolution depuis 2013, ITK fait aujourd’hui 90% de son chiffre d’affaires à l’étranger. Les plus grosses coopératives agricoles du monde incluent leur technologie dans leurs offres logicielles pour les agriculteurs.

Un objectif : optimiser l’agriculture grâce à la technologie

Aujourd’hui, nous nous rendons compte que nos ressources sont limitées et qu’il va falloir les optimiser. Paradoxalement, les changements sont limités dans le monde agricole, car très risqués. Les agriculteurs doivent s’engager à l’avance sur leur rendement donc il est difficile de changer de façon de travailler, au risque d’avoir « un rendement » plus faible. Les acteurs du secteur s’appuient principalement sur leur expérience pour prendre des décisions.

C’est dans ce contexte qu’ITK propose sa solution. Grâce à ces nouveaux outils, si un agriculteur veut faire un changement sur une parcelle, il a les données qui le guident et lui prédisent ce qui va se passer.
En parallèle, l’IOT permet d’avoir une visibilité sur l’état de santé du bovin et sa localisation. Cela aide à surveiller ses périodes de reproduction, annoncer les vèlages, piloter sa nutrition, etc.
Tout est fait pour réduire les risques sur les exploitations et améliorer le rendement des cultures.

Projet Winfield United, l’hébergement challengé

Winfield United, la plus grosse coopérative céréalière des USA a demandé à ITK un logiciel de suivi en saison des pratiques. Il collecte des informations et permet d’obtenir des indicateurs comme l’évolution des statistiques phénologiques, la date de récolte optimale, l’estimation du rendement final.

Mais le client souhaitait que son projet soit sur Azure, comme le reste de son environnement. ITK ne connaissait pas le Cloud et une partie des équipes avait quelques craintes sur le sujet donc la startup avait besoin d’être accompagnée. Son hébergeur habituel ne proposant que du « On Premise », ITK s’est donc tourné vers Oceanet Technology, Opérateur de Clouds Sécurisés, pour l’accompagner.

Tirer profit d’Azure

L’infrastructure originale était décomposée avec une machine de production, une de pré-production et un serveur projet. Après audit Oceanet Technology a proposé une nouvelle organisation : une VM non plus par environnement mais par service, avec une utilisation de PaaS (Plateforme as a Service) pour certaines briques.

Frédéric Martinoty est satisfait des fonctionnalités d’Azure :

« Le grand avantage est de garder le fonctionnement dont on a l’habitude et d’introduire des doses de services managés, comme la base de données, la gestion automatique de l’élasticité, etc. Sans avoir à faire des évolutions dans notre code, on peut utiliser des services du cloud Azure. »

Quant au stockage, il est partagé entre les différents services. Cela permet d’avoir du stockage hautement scalable et hautement disponible. Ainsi, il n’y a pas besoin de l’administrer au quotidien.

« C’est un des avantages d’Azure : l’auto-scalling. C’est-à-dire, que l’on provisionne les machines de façon automatique selon les besoins à un instant T. Ainsi, on consomme uniquement ce dont on a besoin, et on paye uniquement ce que l’on consomme. » précise Frédéric.

L’accompagnement d’Oceanet Technology sur le FinOps et le SecOps

Malgré les prédictions faites, quelques écarts sont remarqués sur le prévisionnel et la réalité. Très rapidement, Oceanet Technology propose des mesures FinOps comme downgrader certaines machines pour réduire le coût, et changer de Machines Virtuelles. Cela a permis de revenir dans le prévisionnel. Les performances ont même été améliorées.

« Tout a été très transparent pour nous, on n’a rien eu à faire sur notre applicatif. La seule chose qu’on remarque, c’est que ça va plus vite, et que c’est moins cher. On a des contraintes financières avec les contrats de nos clients, donc on doit réagir vite. »

Oceanet Techonology conseille aussi ITK sur l’aspect sécurité avec la création d’une jumpbox pour que l’accès « admin » ne soit possible que pour les utilisateurs nécessaires. Par ailleurs, le « just-in-timeaccess » permet de donner un accès sécurisé à un instant T à toute autre personne ayant besoin d’intervenir sur la plateforme.

Et maintenant ?

La découverte du Cloud par ITK leur a ouvert de nouvelles possibilités qu’ils n’avaient pas identifiées. Etre sur un cloud public les a incité à plus d’automatisation, à améliorer leur architecture, à augmenter l’élasticité des simulateurs, etc. Des réflexions sont en cours pour l’utilisation de Kubernetes pour obtenir des services encore plus scalables.

Carine